D’après les derniers chiffres de la CSSF publiés mardi, l’actif net total des OPC a baissé de 0,81% à la fin du mois de septembre. Il reste bien au-dessus de la barre symbolique des 5000 milliards d’euros franchie il y a peu.

Léger coup de mou pour les organismes de placement collectif (OPC) en septembre. Rien de grave. Seulement un très léger recul qui n’affecte en rien leur performance. Leur actif net total s’élevait à 5 601,512 milliards d’euros contre 5 647,437 milliards d’euros à la fin du mois d’août. Sur les douze derniers mois, le volume des actifs a progressé de 19,28%.

L’industrie luxembourgeoise a connu « une variation négative » de 45,925 milliards d’euros. Cette diminution représente, selon la CSSF, la somme des placements nets de capitaux positifs de 11,262 milliards d’euros (+0,20%) et de l’évolution négative des marchés financiers à hauteur de 57,187 milliards d’euros (-1,01%).

L’autorité de surveillance a comptabilisé 3.532 OPC contre 3.539 le mois précédent. En tout, 2.321 entités ont adopté une structure parapluie représentant 13.263 compartiments. En ajoutant à ce chiffre les 1 211 entités ayant une structure OPC traditionnelle, on dénombre 14 474 unités de fonds actives sur la place financière luxembourgeoise.

Performance négative des OPC asiatiques

Concernant l’activité des fonds sur les marchés développés, la catégorie des OPC d’actions européennes a enregistré une performance négative dans un contexte de « baisse des indicateurs économiques avancés, de goulots d’étranglement persistants dans la chaîne d’approvisionnement et d’une inflation plus élevée, et ce malgré le début des transferts NGEU (Next Generation EU) et la poursuite de la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne (BCE) », note la CSSF.

La décélération de la croissance américaine, les problèmes de chaîne d’approvisionnement, la persistance d’une forte hausse de l’inflation et l’annonce d’un éventuel tapering par la Réserve fédérale (FED) ont pesé sur les marchés d’actions américains, entraînant une perte de la catégorie OPC actions américaines, malgré une forte appréciation du dollar par rapport à l’euro. Les anticipations d’un changement politique au Japon dans un avenir proche ont soutenu la catégorie des OPC actions japonaises.

Dans les pays émergents, la catégorie des OPC actions asiatiques a enregistré une performance « globalement négative, » principalement en raison d’une croissance plus faible en Chine, d’un resserrement des politiques et d’une réglementation plus stricte dans certains secteurs économiques en Chine, ainsi que des problèmes d’endettement du promoteur immobilier Evergrande.

Même si l’industrie luxembourgeois a enregistré une variation négative fin septembre, elle reste attractive. (Photo : pexels)