L’année dernière, le secteur de l’assurance au Luxembourg s’est transformé à cause du Brexit. L’assurance non-vie a connu une très forte progression de son chiffre d’affaire tandis que l’assurance-vie enregistré « un rebond de ses activités et de ses résultats », selon le Commissariat aux assurances (CAA) qui a présenté son bilan 2019 ce lundi.

C’est un fait indéniable. Le secteur de l’assurance non-vie au Luxembourg a bien changé depuis le Brexit. En effet, un bon nombre de compagnies ont choisi de s’installer au Grand-Duché afin de continuer leurs activités après la sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Au niveau des chiffres, qu’est-ce que cela donne? Réponse : un encaissement dépassant les 12,64 milliards d’euros. Comme le dit le CAA dans son rapport annuel, « l’assurance non vie affiche une progression sans précédent de son chiffre d’affaires, toutes branches confondues, de l’ordre de 177,65%. Il s’agit bien évidemment d’un effet isolé et l’année 2020 verra en effet un retour à une croissance plus modérée ».

Les assureurs non-vie opérant au ou à partir du Luxembourg ont réalisé « une progression de leur encaissement » de près de 8,42%. « Cette augmentation est remarquable au regard des chiffres du secteur non vie des pays développés rapportés dans la publication SIGMA (No 4/2020) qui fait état d’une croissance de 2,7% pour le secteur non vie dans les pays développés », note le Commissariat.

Un encaissement plus important

Ce dernier rappelle que le secteur a « subi » pendant plusieurs années et sur tous les marchés « une pression importante au niveau des tarifs appliqués ». « Si une hausse tarifaire avait déjà été partiellement constatée en 2019, le renouvellement de 2020 semble montrer une rupture plus significative avec les conditions de «soft market» des dernières années », pointe-t-il. En réalité, cette hausse tarifaire provient des actions de restructuration des portefeuilles effectuées par de nombreux acteurs mais aussi « dans la crise du COVID qui appelle à une discipline de souscription renforcée ». « Vu l’orientation résolument transfron-talière des activités des nouveaux acteurs, les opérations de souscription déployées sur les marchés étrangers par voie de libre prestation de services ou de libre établissement, enregistrent sans surprise une progression particulièrement conséquente de 228,91% (27,39% en 2018) », ajoute-t-il.

Qu’en est-il de l’encaissement au niveau du marché local? Il atteint les 1,11 milliards d’euros en 2019, en hausse de 6,28% par rapport à 2018 où il se situait à 1,05 milliards d’euros. « Le dynamisme du marché local est, comme par le passé, soutenu principalement par la progression dans l’assurance automobile, que ce soit la composante de responsabilité civile ou la couverture des dommages. Les autres branches contribuant à la progression des primes sont la responsabilité civile générale et l’assurance maladie », fait remarquer le Gendarme de l’assurance.

Les primes encaissées en dehors du pays ont elle aussi signé une belle performance. 91,19% des primes a été encaissée en dehors du Luxembourg (76,98% en 2018), avec une accélération beaucoup plus marquée en faveur des marchés de l’Espace Economique Européen puisque les assureurs de droit luxembourgeois y ont réalisé 73,61% de leur chiffre d’affaires en 2019 contre 53,37% en 2018.

Un total des bilans en très forte hausse

Pour le marché des assurances au Luxembourg, l’année a été marquée par la tornade du 9 août. Celle-ci avait ravagé plusieurs communes du sud-ouest du pays. Des vents allant jusqu’à 250 km/h ont occasionné de multiples dégâts aux habitations et aux infrastructures des zones touchées. « Ces dégâts ont été pris en charge dans leur grande majorité par les assureurs démontrant un excellent niveau de protection au Grand-Duché de Luxembourg face à l’occurrence de catastrophes naturelles dont on peut supposer que la fréquence va augmenter dans les années à venir en raison du réchauffement climatique », commente le Commissariat.

A noter qu’en termes de résultats après impôts, l’assurance luxembourgeoise non vie affiche une performance de 74,31 millions d’euros en 2019 contre 160,64 millions d’euros en 2018. Le total des bilans des compagnies d’assurance non vie de droit luxembourgeois s’élève à 39,24 milliards d’euros en hausse de 166,33%.

Une assurance-vie en très bonne forme

Et au niveau de l’assurance-vie, qu’en est-il? En 2019, cette branche de l’assurance a connu « un vigoureux rebond de l’activité et des résultats ». En effet, les primes progressent de 12,43% contre seulement 2,47% l’année précédente. « La croissance des prestations inférieure à celle des primes alliée à la reprise marquée des marchés financiers entraînent une croissance des provisions techniques à un rythme très supérieur à celui des exercices précédents: elles augmentent en effet de 16,51% contre seulement 2,18% en 2018 », explique le Commissariat. Celui-ci dit encore que 2019 a été un crû excellent en termes de résultats après impôts qui augmentent de 69,61% et dépassent ainsi nettement le record historique de 2017.

Il semble encore trop tôt pour savoir qui remplacera Claude Wirion, qui va bientôt partir à la retraite, au poste de directeur général. La décision revient au ministère des Finances. Affaire à suivre…

Le secteur des assurances au Luxembourg est en forme. Le bilan du CAA le confirme. (photo : ecorama luxembourg)