L’ancien ministre des Finances Pierre Gramegna a officiellement retiré sa candidature au poste de directeur général du Mécanisme européen de stabilité (ESM). Son concurrent a fait de même.

Pas de destin européen pour Pierre Gramegna. Dans un communiqué publié ce mardi, le ministère des Finances informe que l’ancien ministre des Finances (DP) a retiré aujourd’hui sa candidature au poste de directeur général du Mécanisme européen de stabilité (ESM), tout comme son collègue portugais João Leão. Les deux candidatures ont été retirées « d’un commun accord dans l’intérêt de cette institution », dont le siège est à Luxembourg.

Début mai, M. Gramegna bénéficiait du soutien du gouvernement. A l’époque, le communiqué du ministère des Finances se prononçait de la manière suivante : « Au cours des dernières semaines, Pierre Gramegna a été sollicité par plusieurs États membres et parties prenantes pour briguer ce poste. Étant donné qu’il a répondu positivement à ces encouragements, il a fait part au gouvernement de son souhait de se porter candidat. L’actuel contexte international particulièrement incertain, marqué par la guerre en Ukraine suite à une pandémie sans précédent, appelle la candidature d’un Européen convaincu, expérimenté et connaissant les rouages des institutions européennes ».

Après les consultations informelles qui ont eu lieu au cours des derniers mois entre les ministres des Finances de la zone euro, il s’est avéré qu’aucun de deux candidats ne parviendrait à réunir la majorité qualifiée de 80% des voix. Malgré le fait que chacun d’entre eux a réussi à rassembler un grand nombre de voix.

Le président de l’Eurogroupe et président du Conseil des gouverneurs de l’ESM, Paschal Donohoe, informera en temps utile de la suite du processus. Il faudra encore attendre avant de savoir qui prendra la succession de Klaus Regling, l’actuel directeur général de l’ESM. Son mandat arrivera à échéance au mois d’octobre.

Créé en 2012, le Mécanisme européen de stabilité aide les pays de la zone euro qui sont affectés ou menacés par des difficultés financières. Il peut octroyer des prêts dans le cadre d’un programme d’ajustement macroéconomique.