En 2020, les combustibles fossiles représentaient 78% de l’énergie brute disponible au Luxembourg, selon une étude d’Eurostat publiée ce mercredi. La pays est juste au-dessus du chiffre de l’Union européenne (70%). Ce dernier est en baisse par rapport à 2019 (71%). « Ce pourcentage a considérablement diminué au cours des dernières décennies ; -13 points de pourcentage (pp) depuis 1990, la première année pour laquelle des données sont disponibles. Cela est principalement dû à l’augmentation des énergies renouvelables », commente l’institut européen de la statistique.

Si l’on compare 2020 à 2019, le Grand-Duché a enregistré une baisse de la part de combustibles fossiles dans l’énergie brute disponible (-4 points de pourcentage), à égalité avec le Portugal, la Lettonie, l’Espagne et la Bulgarie. De fortes baisses ont aussi été observées Estonie (-7 pp), au Danemark (-5 pp).

A contrario, seuls deux États membres de l’UE ont augmenté leur part de combustibles fossiles dans l’énergie brute disponible : la Lituanie (+1 pp) et, de façon marginale, Malte (+0,1 pp). Les chiffres de la Belgique sont restés les mêmes.

A noter que Malte avec 97 % était l’État membre de l’UE où la part des combustibles fossiles dans l’énergie brute disponible était la plus élevée, suivie des Pays-Bas (90 %), de Chypre (89 %), de l’Irlande (87 %) et de la Pologne (86 %).